Accueil
Nous contacter

connaissance du Val d'Oise

Quelques éléments de connaissance générale sur le Val d’Oise :

La politique de la ville en Val d'Oise :


Situation géographique et démographique

Le département du Val d’Oise a été créé en 1967. Situé au Nord-Ouest de l’Île-de-France, quatrième département de la région en termes de superficie, le Val d’Oise est constitué de réalités contrastées. On y trouve des zones urbaines principalement concentrées sur trois secteurs : l’agglomération de Cergy-Pontoise, le Sud-Est du département et le secteur d’Argenteuil-Bezons (les rives de Seine), et un territoire plutôt rural dans sa partie Ouest.

Au 1er octobre 2015, le département compte 16 intercommunalités à fiscalité propre et 185 communes.

Voir la carte de l'IAU IDF : les intercommunalités à fiscalité propre du Val-d'Oise (2014)

Avec 1 187 081 d’habitants (recensement de l’Insee au 1er janvier 2012), le Val d’Oise est le département le moins peuplé d’Île-de-France. Il se positionne en seconde place des départements franciliens pour la jeunesse de sa population (après la Seine-Saint-Denis). En 2012, les moins de 25 ans représentent ainsi 35,4% de la population. À titre de comparaison, les seniors (60 ans et plus), sont 16,7 % à résider dans le Val d’Oise.

Quelques données chiffrées 

Population

(source, Insee 2012)

 

Val d’Oise

Île-de-France

Population totale 2012

1 187 081

11 898 502

0-14 ans 

21,7 %

19,7 %

20-64 ans

61,3 %

61,8 %

60-74 ans

11,3 %

11,9 %

Plus 75 ans

5,2 %

6,6 %

(source, Insee 2011)

Femmes

51,4  %

51,7 %

Familles monoparentales

10,3 %

9,2 %

Population étrangère

11,2 %

12,7 %

Population immigrée

17,4 %

17,9%

Données fiscales

(source, Insee 2012)

 

Val d’Oise

Île-de-France

Nombre de foyers fiscaux

435  030

4 789 571

Médiane de revenu par Unité de Consommation

20 547,6 €

22 180 €

Indicateurs de précarité

(source, Insee 2012 et CROCIS 2014)

 

Val d’Oise

Île-de-France

Taux de chômage au dernier semestre 2014

10,2 %

8,8 %

Taux de pauvreté  2012

16,2 %

15 %

 

En savoir +

Chiffres clés de l’Insee, département du Val d’Oise

SIG de la politique de la ville


Vie économique et emploi

L’activité économique du département est fortement marquée par le secteur tertiaire, à 82,2 %. Le secteur de l’industrie représente 10,4 % des activités économiques du territoire, la construction 7,2 % et le secteur agricole, seulement 0,2%.

Le taux de création d’entreprise en 2014 dans le département s’élève à 17,1 %, ce qui représente près de 10 500 nouvelles sociétés ayant lancé leur activité au cours de l’année  (soit 400 de plus qu’en 2013.) En matière de défaillances d’entreprises, sur l’ensemble de l’année 2014, près de 1 050 cessations d’activité ont été actées dans le Val-d’Oise, soit une progression de 6,5 % par rapport à l’année précédente.

Au dernier semestre 2014, le taux de chômage du Val d’Oise atteint 10,2 %, et demeure, derrière la Seine Saint Denis, le plus élevé de la région Île-de-France. 98 110 demandeurs d’emploi (catégories A, B, C) sont inscrits au 28 février 2015, soit une progression de 6,5 % en un an. 13,2 % ont moins de 25 ans et 22,3 % ont 50 ans et plus.

(Sources : Insee, CEEVO, Direccte, CCI Val d’Oise)

En savoir +

CEEVO – comité d’expansion économique du Val d’Oise

Consulter l’étude du CEEVO « Situation et évolutions de l’économie et de l’emploi en Val d’Oise » présentée lors d’une rencontre " Observations et Territoires " du Pôle de ressources en 2013

CCI Val d’Oise 

Direccte Île-de-France


Éducation

On dénombre dans le département 934 établissements scolaires (780 écoles, 109 collèges et 45 lycées). En ce qui concerne l’éducation prioritaire – politique visant à corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire, par un renforcement de l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissements des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales -, une nouvelle cartographie est entrée en vigueur le 1er septembre 2015.

On relève ainsi 35 réseaux d’éducation prioritaire en Val d’Oise :

  • 7 REP+ (1 collège à Argenteuil ; 2 à Sarcelles ; 2 à Villiers-le-Bel ; 2 à Garges-lès-Gonesse)
  • 28 REP

Le nombre d’élèves en éducation prioritaire augmente dans le Val d’Oise, passant de 29,5 % en 2014 à 32,7 % en 2015. 

(Source : DSDEN Val d’Oise)

En savoir +

L’éducation prioritaire, Ministère de l’Éducation nationale


Logement

Le parc de logements individuels et collectifs est globalement équilibré dans le département.

En 2014, 114 417 logements sociaux sont recensés dans le Val d’Oise, soit 9,2 % du parc francilien. Le Val d'Oise compte 24.5% de locataires sociaux, très concentrés dans le Sud du département et le long de la vallée de l’Oise. 50 bailleurs sociaux sont implantés dans le département.

101 communes sur les 185 que compte le département accueillent des logements sociaux. Néanmoins, 8  d'entre elles – Argenteuil, Sarcelles, Cergy, Garges-lès-Gonesse, Villiers-le-Bel, Bezons, Gonesse, Ermont, Pontoise, Franconville -, concentrent 50 % du parc social départemental. Le parc locatif privé y est, quant à lui, sous-représenté (16  % en 2011).

Le territoire se caractérise par une vocation d’accueil de propriétaires occupants moins importante que pour les autres départements de grande couronne. Ceux-ci sont fortement présents dans le Vexin, la Plaine de France et la Vallée de Montmorency.

(Source : AORIF, délégation départementale du Val d’Oise)

En savoir +

Union sociale pour l’habitat d’Île-de-France - AORIF-

Consulter l’étude de l’AORIF « le logement dans le Val d’Oise : diagnostic des enjeux territoriaux », présentée lors d’une rencontre " Observations et Territoires " du Pôle de ressources en 2011


La politique de la ville en Val d'Oise :

La politique de la ville est une politique publique destinée à intervenir dans les territoires en difficulté, en vue de réduire les inégalités sociales et territoriales. Elle identifie et délimite les quartiers les plus fragiles (géographie prioritaire) pour leur permettre de bénéficier d’une mobilisation spécifique en termes de pratiques et de moyens.

La réforme de la politique de la ville, instituée par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014, vise à recentrer les moyens au bénéfice des quartiers où se concentrent les populations les plus en difficulté (1300 quartiers contre 2500 avant la réforme). Ces nouveaux quartiers prioritaires sont choisis sur la base d’un critère unique, le niveau de revenu médian des habitants.

Le Contrat de ville succède au contrat urbain de cohésion sociale (Cucs), pour la période 2014-2020. Ce document contractuel fixe les orientations de la politique de la ville localement, en s'appuyant sur trois piliers : développement de l'activité économique et de l'emploi ; cadre de vie et renouvellement urbain ; cohésion sociale. Il est dorénavant piloté de préférence à l’échelle intercommunale.

Le nouveau visage de la politique de la ville en Val d’Oise

En 2015, la part de la population du Val d’Oise résidant dans les nouveaux quartiers de la politique de la ville s’élève à 18,1% (13,6 % à l’échelle régionale), ce qui représente la 2ème part la plus élevée d’Île-de-France après la Seine-Saint-Denis.

Avant la réforme, 26,2% de la population valdoisienne était concernée par la politique de la ville, pour 21,5 % à l’échelle francilienne.

(Source : CGET)

Sur les 272 quartiers prioritaires que compte la nouvelle géographie prioritaire à l’échelle de l’Île-de-France, 41 se situent dans le Val d’Oise, répartis au sein de 8 intercommunalités et 26 communes. Depuis la réforme, 17 quartiers ne sont plus éligibles aux crédits spécifiques de la politique de la ville.

Deux communes – Herblay et Pierrelaye -, intègrent la nouvelle politique de la ville, et trois communes en sortent. Deux d’entre elles – Fosses et Deuil-la-Barre -, sont inscrites en territoire de veille active *.

 Eaubonne n’appartient plus à ce zonage spécifique.

* (non retenues dans la géographie prioritaire définie par voie réglementaire, mais inscrites dans le contrat de ville signé au niveau de l’agglomération auquel elles sont rattachées. L’article 13 de la loi Ville du 21 février 2014 précise : " à ce titre et à la demande de l’EPCI et des communes concernées, les quartiers placés en dispositif de veille active font l’objet d’un contrat de ville, qui définit les moyens mobilisés dans le cadre des politiques de droit commun de l’Etat et des collectivités afin de conforter leur situation)

En 2015, 8 EPCI sont engagées dans l’élaboration d’un contrat de ville :

EPCI

Communes en Politique de la ville

Nombre de quartiers prioritaires
hors quartiers de veille

Le Parisis

Franconville
Herblay (entrante)
Montigny-lès-Cormeilles
Pierrelaye  (entrante)
Sannois
Taverny

8

 

Val-et-Forêt

Ermont

1

Roissy Porte de France

Goussainville
Fosses (veille active)

2

Haut Val d’Oise

 

Persan

1

Val de France

Arnouville
Garges-lès-Gonesse
Gonesse
Sarcelles
Villiers-le-Bel

7

Cergy-Pontoise

Cergy
Eragny sur Oise
Jouy-le-Moutier
Osny
Pontoise
Saint-Ouen-l'Aumône
Vauréal

9

Argenteuil-Bezons

Argenteuil
Bezons

9

Vallée de Montmorency

Montmagny
Saint-Gratien
Soisy-sous-Montmorency
Deuil-la-Barre (veille active)

4

En savoir +

Décret n° 2015-1138 du 14 septembre 2015 rectifiant la liste des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Décret n° 2014-1750 du 30 décembre 2014 fixant les périmètres des quartiers prioritaires de la politique de la ville pour la métropole.

Fiches EPCI et fiches Villes sur le site du Pôle de ressources, présentant des données chiffrées, des éléments sur la géographie prioritaire, le téléchargement des contrats de ville…

Le Nouveau Programme National de Rénovation Urbaine – NPNRU – 2014/2024

Lancé quelques mois après le vote de la Loi de programmation pour la ville du 21 février 2014, le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) concentre l’effort public sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville qui présentent les dysfonctionnements urbains les plus importants. Dans le Val d’Oise, les territoires susceptibles d’engager un programme de rénovation soutenu par l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU) sont d’ores-et-déjà au nombre de 13.

4 sites d’intérêt national ont été retenus :

  • Dame blanche à Garges-lès-Gonesse ;
  • Lochères Grand Ensemble à Sarcelles ;
  • Village ; Le Puits La Marlière-derrière les Murs de Monseigneur à Villiers-le-Bel.

9 sites au niveau régional pourraient faire l’objet d’un projet de rénovation :

  • Rosiers Chantepie à Sarcelles ;
  • Brigadières-Henri-Barbusse à Argenteuil ;
  • la Sebille-Axe majeur-Horloge à Cergy ;
  • Marcouville à Pontoise ;
  • Fauconnière-Marronniers à Gonesse ;
  • Pôle gare à Arnouville ;
  • la Fontaine-Bertin à Franconville ;
  • Carreaux-Fleuris ; Bas-des-Aulnaies à Sannois.

En savoir +

Agence Nationale de la Rénovation Urbaine – ANRU -

Liste des quartiers prioritaires de la politique de la ville visés en priorité par le nouveau programme national de renouvellement urbain, arrêté du 29 avril 2015


En savoir plus sur le Val d'Oise

Sitographie

Préfecture du Val d’Oise

Conseil départemental du Val d’Oise

Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France

Observatoire du logement social en Ile de France - site de l’Union sociale pour l’habitat en Ile de France (AORIF)

Comité d’expansion économique du Val d’Oise (CEEVO)

CCI du Val d'Oise

Bibliographie

© PÔLE DE RESSOURCES VILLE ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL VAL D'OISE - Mentions légales - Plan du site - Crédits